À quoi servent les musées d’arts asiatiques en France ?

culture decryptage numéro 21

Ce sont sans doute les meilleures vitrines vers l’Asie. Riches de milliers d’années d’histoire, les musées d’arts asiatiques sont des invitations à la découverte et à l’ouverture. Mais au-delà de leur capacité à nous faire voyager, ces collections ont une dimension politique parfois oubliée. Semblables à des ponts jetés entre l’Occident et l’Orient, elles sont aussi un témoignage de l’histoire commune qui les relie, un écho à l’identité des communautés asiatiques établies en France et des lieux hautement symboliques où se nouent les relations diplomatiques.
[Texte : Sophie Kloetzli. Photo principale : © Musée du quai Branly - Jacques Chirac. Photo : Patrick Tourneboeuf]

Musées Guimet et Cernuschi à Paris, musées des Arts asiatiques à Nice et à Toulon, musée Asiatica à Biarritz, musée des Arts de l’Asie et de l’Égypte antique à Toulouse, sans oublier les collections Asie du musée du quai Branly – Jacques Chirac et du musée des Confluences à Lyon... Les portes d’entrée vers les civilisations et les cultures asiatiques ne manquent pas sur le territoire français. Avec la particularité d’offrir une vision d’ensemble de ce continent lointain. « En Asie, il y a de très grands musées mais à quelques exceptions près, vous allez voir en Chine des collections d’art chinois et en Inde, des collections d’art indien. Au musée Guimet en revanche, on peut avoir un aperçu à peu près complet de ces grandes civilisations », indique Vincent Lefèvre, directeur de la conservation et des collections du musée national des Arts asiatiques – Guimet.

Directeur du musée Cernuschi – musée des Arts de l’Asie de la Ville de Paris, Éric Lefebvre observe de son côté que « souvent, en Asie, le public a accès à des musées très vastes mais qui n’ont pas forcément cette ouverture sur d’autres pays de cette région du monde ». Or, c’est précisément l’objectif de cette institution parisienne, lieu de référence sur l’art de la Chine, que de mettre en lumière les échanges artistiques qui unissent l’empire du Milieu au Japon, à la Corée et au Vietnam ». Nous avons par exemple une vitrine dédiée à la céramique bleue et blanche où nous avons placé des objets coréens, vietnamiens, chinois et japonais », illustre-t-il.


© Musée Guimet, MNAAG, Paris - Photo : Thierry Ollivier. 

 

Au musée Guimet, tout comme au musée départemental des Arts asiatiques à Nice (MAA), le fil rouge des collections est le bouddhisme, identifié comme le dénominateur commun de toutes ces civilisations. Une vision présente dès les premières missions d’Émile Guimet, le collectionneur à l’origine de l’établissement éponyme inauguré en 1889 : « En 1876, il s’est rendu au Japon et a ramené un certain nombre de sculptures dans un esprit essentiellement iconographique, pour représenter la variété de l’iconographie du bouddhisme japonais », précise le directeur des collections en rappelant que le musée était à l’origine dédié aux religions de l’Égypte, de l’Antiquité classique et des pays d’Asie.

Cet article est à lire en version intégrale dans Koï #21, disponible en ligne ou en kiosque.

 


Article précédent Article suivant