Des cérémonies comme en Asie

communautés asiatiques culture Japon Numéro 20

Populaires ou insolites, de nombreuses célébrations asiatiques ont lieu tout au long de l’année en France. Elles se pratiquent souvent dans l’intimité et se transmettent parfois lors d’ateliers pour initiés et curieux. Nous en avons sélectionné quelques-unes pour vous.
[Texte Léa Berrod - Photo: © Dean Calma-IAEA]

La cérémonie du thé matcha (Japon)

Cet art traditionnel japonais est appelé chanoyu, assimilé à la voie du thé, sadō ou chadō. Imposée au XVIe siècle par Sen no Rikyū (1522-1591), la cérémonie se fonde sur quatre grands principes : harmonie, respect, pureté et tranquillité. Elle met à l’honneur un thé vert en poudre importé de Chine au XIIe siècle, le matcha. Ce rituel autour du thé est très codifié. Pour créer un moment unique, le lieu, les gestes du maître de cérémonie et la préparation doivent être en harmonie. Inspirée par le bouddhisme zen, la cérémonie du thé matcha est une invitation à la contemplation.

Il faut attendre la fin du repas pour atteindre la voie du thé. Les invités se rendent alors dans une maison de thé traditionnelle ou un pavillon de jardin à la décoration épurée. Les manteaux et les chaussures restent à l’extérieur et les participants se purifient en se lavant les mains et la bouche avant de rentrer. Un maître du thé, habillé en tenue traditionnelle, dirige la cérémonie chanoyu. Il dispose d’une boîte à thé, d’un fouet en bambou chasen, d’une cuillère en bambou chashaku, d’un bol en céramique chawan, d’un pot de fer kama pour chauffer l’eau et d’un tissu de soie fukusa pour ne pas se brûler mais aussi pour nettoyer les récipients.

Le service du thé démarre après les salutations avec une purification. L’hôte lave le bol avec de l’eau chaude qui est fouettée par le chasen. Cela permet de vérifier l’état du fouet. La préparation peut commencer. Il dépose le thé matcha dans le bol rempli d’eau chaude et bat la poudre avec le fouet. Les mouvements sont fermes et précis pour obtenir une texture la fois onctueuse et mousseuse. Les participants peuvent enfin déguster le thé. L’invité d’honneur est le premier à goûter. Il lève le bol et le contemple un instant avant de le tourner dans le sens des aiguilles d’une montre afin que sa bouche ne se retrouve pas face au motif ou à l’avant du récipient. Le matcha se boit en deux gorgées et la dernière doit être aspirée en signe de fin. Le bol est passé à la personne suivante jusqu’à ce que tout le monde y ait goûté. La dernière étape de la cérémonie est le moment des remerciements où le maître du thé nettoie les objets pour que les participants puissent les admirer et les complimenter. La cérémonie peut durer plusieurs heures et elle est toujours accompagnée de pâtisseries : les wagashi.

En France, de nombreuses cérémonies de thé japonais sont organisées. La maison de thé Jugetsudo et le musée Guimet à Paris (75), ou le Jardin Albert Kahn à Boulogne-Billancourt (92) proposent des initiations à la cérémonie chanoyu tout au long de l’année. L'école du Thé ou l’école Ogasawararyu senchado à Paris (75) enseignent l’art de la cérémonie du thé grâce à des cours animés par des professionnels pour aller plus loin.

Cet article est à lire en version intégrale dans Koï #20, disponible en ligne ou en kiosque.


Article précédent Article suivant